Bienvenue à DZ Poème de Philémon Le Guyader maquette et graphisme de Brigitte Mouchel 

 

Format 10 x 10 cm.

Se déplie en accordéon, taille 120 cm.

Tirage limité à 30 exemplaires, numérotés et signés par les deux auteurs.

Prix 15 euros.

 

Ce poème fut écrit une après-midi d'été depuis le café "Chez Micheline" sur le port du Rosmeur à Douarnenez. Parution en 2016.

 

Bienvenue à DZ

Poème ligne
entre les lignes
qui bougent
devant ma vue vision
journée d'été
une baie plate
fumées
musique sur la vitre
et des ombres duos
soleil soleil
sur la baie plate
des gants comme des bottes
les champs tombent dans le bleu
véhicule sudiste
les mâts les mâts
au fond de la bouteille de sable
le jeune aux cheveux gris
dort
on le laisse
nuage moteur
combien de barques
combien de visières
des pas des pas
la fusée a un collier
elle est attachée au mur
oeil pour ici
28000 ventres bien remplis
trois églises sur la rampe
à s'enfoncer
mouettes
toits à trous
mouettes
parasols phares
et pourquoi pas
les chiens sont si bêtes
si près toujours
cela coûte 120
autant de pneus sur la cale
drapeaux triangles
non non
le vent se lève
il vient de l'autre côté habituel
c'est pour cela qu'il fait beau
si l'on veut
c'est un pianiste
12 AAG 29
écrase le pied
femme sympathique
homme pénible perdu
jette-toi
une caravane baleine grise
avec six poteaux
la respiration se perd
une ferme entre les arbres
pourquoi ces petites chaussures
ce chien loup au café
les oiseaux tournent autour
du week-end du chapiteau
des chiens dans le coffre
dans une cage
les boîtes sont remontées
les allumettes à voiles avec
il y a toujours des groupes
la vieille femme moderne
les regarde
une radio locale zone
t-shirt t-shirt
publicité
les nuits vertes
la voilà la publicité
réglementation administrative
des débits de boissons
tout est plat
un ensemble de petits rectangles
une femme nord-sud
faema orange
deux entrées au comptoir
chèque agricole qui n'est plus
premier jour officiel au mur
six ampoules six ampoules
un long tube trompette
des pneus marées
sous la ligne
fin du festival
toile énorme décrochée
de nombreux yeux clairs
les plus beaux peut-être
pliages du papillon
des coupes au-dessus
de l'entretien photographié
il y a trente cinq ans
les toilettes obéissent à la grand-mère
le jeune homme aussi
prendre une photo film
vieillir en paix
le sait-il
marchand de chansons
placardé
sur du vin
Maroc à l'envers
tout léger
déplacements perpendiculaires
jeunes assis vieux debout
les mâts recommencent à bouger
glaces chouki grand bazar
fauteuils confortables coincés
sourire maigre tout blanc
bracelets du festival terminé
par la vieille femme patronne
l'homme se fait jeter
un casque pour rien pour lui
sing sing sur le dos
noir
tournée de films mars-avril
scooter rejeté
roi de la fête sur le journal
ils pleureront tous
quand elle mourra
l'ancienne
café calva l'après-midi
ça ne plaît pas
c'est trop long
rapide
trop trop
le bout de la digue est blanc
chemise de l'homme bu
les lacets sont défaits
au fond ça tangue
des fleurs bleues sur son corps
personnages suisses
dans le coin
du soleil
blanc et bleu qu'elle porte
blanc et bleu
le caveau à l'envers
un marin dans un jean
accroche le journal vide
les jeunes boivent crient
recul des gros
poussette malheureuse
zoom sur la vitre
qui reflète
du coton maintenant sur les arbres
chapiteau bitume
un moteur rentre au port
bandoulière interview
rame longue en bois
du vent entre les mâts
en fin de journée à l'ombre
chapeau de paille sur le blond
drapeau sur torse
une proue vitrine
l'eau sur le gros
qui passe devant jeune
DZ 474414
l'indienne grise rame à l'envers
slalome
bienvenue à DZ
                             Philémon Le Guyader